Sound of Freedom ->*

Bienvenue à New London . . .
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tchaïkovski à l'honneur |Libre|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autumn McLean
_ # Sexy Woman, Staff and Love #
avatar

Féminin
Nombre de messages : 318
Age : 26
. Playlist : Simple Plan ->* Your love is a lie x3
. Côté coeur : First, Me ; Then, Him x3
. Un bisous ? : Barre toi :)
Date d'inscription : 03/01/2008

->* A Little Bit About U
Phrase Fétiche *: Heeeey Juuuude', don't make it bad (.L)
Humeur *: Excited
Affinity and Relations ->*:

MessageSujet: Tchaïkovski à l'honneur |Libre|   Lun 11 Fév - 15:14


  • Trois semaines auparavant.

    Autumn feuilletait un petit magasine avec tout les concerts, spectacles, ballets, etc ... du mois prochain à New London. Apparemment le mois allait être consacré aux ballets et aux spectacles. Il y aurait Le lac des cignes, Casse Noisette, Lieutenant Kijé, la flûte enchantée, Cendrillon, et pleins d'autres classiques ... Ennuyant ? Peut-être un peu, mais pas inintéressant. C'est sur qu'elle n'allait pas tout les jours à l'Opéra, justement c'était le moment de s'y mettre et de y aller de temps en temps, non ? Bien que comme tout le monde le sait, la musique et la danse classique sont de très loin les passions d'Autumn ! Oui car de toute façon plus jeune, Autumn était feignante, à un point pas possible. Au moins, elle s'était un peu améliorée au fil des années, mais bon. Elle avait fait de la musique en collège et il y avait quand même des trucs bien, et niveau danse classique les trois quart de ses copines au lycée en faisait ! Bref, elle avait donc le choix entre tout ça. Chaque semaine il y en avait deux. Elle choisit finallement le Lac des Cygnes, pour le lundi 11 au soir.

    Now.

    Autumn était devant sa glace, en train de se lisser les cheveux tant bien que mal. Apparemment ce soir ses cheveux faisaient les rebelles ! Elle laissa tomber finallement, après tout ses cheveux étaient très bien comme ça ! Ensuite elle enfila une jolie robe crème à fines bretelles, elle se couvrirait les épaules avec un châle noir de la même couleur que ses escarpins et sa petite pochette. Et oui, Autumn avait le don de s'habiller toujours très BCBG. Enfin, pour des occasions spéciales, en dehors de ça, un jean et un caracao faisaient largement l'affaire. Elle testa son nouveau parfum, le nouveau escada. C'était la marque préférée de parfum d'Autumn. Senteur fruitée & acidulée. Tout ce qu'elle aime. Son regard se porta vers sa montre posée près de son lavabo. Il indiquait 19h15. Autumn n'était pas en retard, au contraire, le ballet ne commençait qu'à 20h30 mais bon fallait quand même y être assez tôt. Elle se prélassa un quart d'heure dans son canapé, téléphonant à sa meilleure amie qui avait décliné précédemment l'invitation d'Autumn à l'opéra. C'était pas vraiment son truc à elle, ben ce n'était pas non plus dans les habitudes d'Autumn mais bon ! A 19h45, elle sortit donc de chez elle et pris sa voiture en direction de l'Opera.

    A 20h10, elle arriva à sa garer non loin, et le reste elle le parcouru à pied. Même pas 500 mètres. C'était vraiment magnfique la nuit, l'Opéra qui s'avance comme un promontoir sur l'eau, toutes les lumières, le parc boisé autour ... Elle était en train de se rendre compte que New London était une très très belle ville et qu'elle avait vraiment de la chance d'y habiter ! Ce qui n'était pas faux. A chaque endroit où allait Autumn, surtout la nuit, même si elle s'était déjà rendue sur les lieux, ça la surprenait toujours !

    Enfin bref. Elle gravit les nombreuses marches qu'il y avait avant de parvenir à l'entrée du New London's Theatre. Manquait plus qu'un tapis rouge et elle aurait pu se croire à Cannes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sound-of-freedom.forumpro.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tchaïkovski à l'honneur |Libre|   Dim 17 Fév - 15:16

Si vous cherchez Jake McAdams le soir, veuillez vous enquérir s’il y a un spectacle prévu pour cette soirée-là, et vous aurez de grandes chances de l’y trouver, confortablement assis dans une des meilleures loges de la salle. Seul, of course. Une fois, une unique et ultime fois, le jeune homme avait tenté d’y emmener son meilleur ami, et il avait déjà fallu le traîner jusqu’au Théâtre par la peau du cou. Et il était sacrément lourd, le bougre… Vous voyez de qui il s’agit ? Mais si ! Le rockeur complètement frappadingue au regard bleu de tueur et à la mèche noire ?... Enfin, cela n’avait pas été une mince affaire de le faire tenir tranquille pendant trois longues heures de concert classique, même s’il s’agissait d’un des dieux de Jake, Bach, qui avait dû endurer les plaintes follement irritantes de Môsieur Clinton, qui avait trouvé cela interminable, et ennuyeux à mourir (bien entendu, il n’avait point formulé les choses ainsi ; bien que Jake l’adore comme un frère, il admet que Jonathan n’est pas vraiment connu pour sa délicatesse, et sa… subtilité). Et il était absolument hors de question d’emmener une autre de ses copines de cours avec lui, si c’était pour s’entendre chuchoter des niaiseries dans le creux de l’oreille toute la soirée.


[. 19h15 .]


Jake délaissa son bureau surchargé de papiers noircis d’encre et de livres, et effectua rapidement un petit rangement sur son espace de travail. Ce n’était pas vraiment le genre de garçon à se ficher complètement du désordre, et au contraire, à en rajouter une couche sans vraiment s’en soucier. Jake était d’une maniaquerie extrême et presque maladive à propos du ménage, et chaque jour, Mr McAdams s’armait de courage et de patience, enfilait gants, tenue négligée et spray antibactérien, et nettoyait son loft de fond en comble, bien qu’il n’y ait quasiment rien à nettoyer, la poussière infime de la veille n’ayant pas eu vraiment le temps de se déposer sur le mobilier d’un goût certain, à l’image de Jake. De la simplicité, de la sobriété, de l’élégance. Des copies de tableaux de maîtres et des œuvres d’art récentes étaient disséminées dans tout le loft, ajoutant à la personnalité chic et raffiné du vaste appartement de Paris. Le jeune homme s’effondra finalement sur son sofa de cuir noir, qui craqua légèrement sous son poids, et somnola après trois heures de travail intense, à rédiger une rédaction d’histoire des arts.


[. 19h50 .]


Le jeune homme nageait en plein délire, dans un univers étrange et coloré de rose et de bleu. Sa vision était curieusement déformée, lui donnant l’impression de se trouver dans une fête foraine où il allait enfant, dans le palais des glaces qui lui faisait faire des crises de claustrophobie et le laissait tétanisé, incapable de parler avant qu’une bonne gaufre ne vînt réchauffer le garçon glacé. C’était du grand n’importe quoi : Léonard de Vinci se tenait à côté de lui, et Jake, hilare, l’aidait à confectionner d’immenses ailes pour voler, arrachant de longues plumes rouges d’autruche à des danseuses du Moulin Rouge, lascivement allongées près d’eux.

Le vibreur de son portable se mit soudain en route dans la poche arrière de son jean, et Jake se réveilla en sursaut. C’était Herin, sa plus jeune sœur, mais le jeune homme ne lut pas le sms qu’elle venait de lui envoyer : il venait de voir l’heure, et à coup sûr, il serait en retard. Catastrophé, il se mordit la lèvre en songeant qu’il avait complètement oublié de réserver sa place habituelle, les cours l’ayant tellement accaparés ces derniers temps, qu’il avait l’impression de n’avoir plus de vie sociale. Cloîtré chez lui sur son bureau ou dans la bibliothèque du College à faire des recherches, il n’avait pas du tout eu le temps d’aller réserver sa place à la billetterie. Ce pourquoi, il se devait d’aller IMPERATIVEMENT au Théâtre à l’avance.


[. 20h00 .]


Le bel écossais dévala les escaliers de la Tour Eiffel, manquant de se manger les grandes baies vitrées du hall d’entrée, et attrapa un taxi à la volée. En deux minutes, Jake était devant le Théâtre de New London, et rajustait le col de son long manteau noir, et qui lui donnait un air incroyablement chic. Il était des plus séduisants, à l’image d’un de ses acteurs du début du siècle aux premières heures du cinéma, avec ce petit air distingué et légèrement arrogant – sans le vouloir, c’était un semblant de mépris dans la lèvre fine et d’un rose pâle, délicatement ourlée. Jake songea avec un amusement bref qu’il avait plus l’air d’un français que d’un écossais, et il s’engouffra dans le hall du Théâtre. Le jeune homme vit avec désappointement la queue interminable devant le guichet, et, poussant un profond soupir de désespoir, prit place dans la file d’attente.
Revenir en haut Aller en bas
 
Tchaïkovski à l'honneur |Libre|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'honneur d'une demoiselle [LIBRE]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Renom et honneur du marine Walter C Drake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sound of Freedom ->* :: .xXX. WHEN THE CITY SLEEP WE RULE THE STREET .xXx. :: Against Boredom ___* :: New London's Theatre-
Sauter vers: